Document sans nom

 

400 pages - 32,45 €

Format : 14 x 22

ISBN : 978 2 84321 129 4

Parution : 2010
Sarga Moussa 
 
Littérature et esclavage XVIIIe-XIXe
 
 


L’esclavage fit l’objet, des Lumières au Romantisme, de vifs débats idéologiques. Les écrivains, pour leur part, anticipèrent parfois le débat d’idées, notamment par la progressive héroïsation de la figure de l’esclave dans de nombreux textes de fiction, donnant ainsi droit de cité à cette figure jusque-là marginale dans la littérature.
Les esclaves, quant à eux, sont devenus des acteurs à part entière de leur histoire, de l’Histoire. Leurs actes, mais aussi leurs écrits, certains récits autobiographiques, plus tardivement, y ont contribué, permettant aux « sans-voix » de se faire entendre.
Sans doute ces voix ont-t-elles été « médiatisées », le plus souvent relayées par des institutions, des textes européens. La mémoire, que nous avons de cette histoire déjà mondialisée (mémoire sélective, recomposée), en fait une question parfaitement actuelle, qui resurgit dans les littératures d’expression française et anglaise dès la seconde moitié du XXe siècle, à travers ce que l’on a pu appeler des néo-récits d’esclaves.
Ajoutons que l’émergence de l’esclavage comme thème litté-raire, aux XVIIIe et XIXe siècles, rejaillit sur des questions sociales et philosophiques qui n’ont rien perdu de leur intérêt. Ce volume souhaite donc s’intéresser également à un champ encore largement inexploré, celui de l’esclavage comme métaphore.

Sarga MOUSSA est directeur de recherche au CNRS, membre de l’unité mixte de recherche LIRE (CNRS - Universités Lyon 2, Saint--Étienne, Grenoble 3 - ENS de Lyon). Spécialiste de l’orientalisme littéraire et du récit de voyage au XIXe siècle, il travaille plus généralement sur la question des altérités culturelles dans la littérature française.

Du même auteur...