Document sans nom

 

204 pages - 15 €

Format : 13 x 20,5

ISBN : 2 904227 08 3

Parution : 1985 - épuisé - Existee en ebook
Giuseppe Antonio Borgese 
 
Les Belles
 
Préface de Jean-Noël Schifano
Traduction de Francis Darbousset, J.-M. Laclavetine



Admirables portraits de femmes belles prises aux pièges de l'amour : Les Belles, c'est l'histoire des passions à leur automne, où les femmes sont devenues des reines indomptables et fluides, qui échappent à la famille, à la société, à leurs amants, et subissent de plein fouet l'exaltation déchirante de la vie. Avec le génie de la simplicité, Borgese nous dit là toutes les nuances cruelles de l'érotisme emporté dans les vents rouges des souvenirs. Quand la vie demeure une énigme floue et amère, comme un rendez-vous manqué au tournant d'un amour ; quand, au son léger de la soie qu'un ongle effilé effleure, une femme renoue une liaison avec une violence qui apeure son amant; quand la chair désirée, désertée se plaint comme le chant d'un prisonnier...
Ces obsédants personnages qui se retournent sur les voies secrètes du destin, ces portraits de femmes pleines de grâce, de feu et de cendres, présentent d'abord, enlevés sur l'aile du temps au rythme de la petite musique de Chopin et des fox-trot aigrelets, le visage tourmenté de la passion. Car Les Belles est avant tout le livre de l'invention infinie de l'amour. Et G. A. Borgese nous raconte, en tons pastel d'une poignante beauté, l'universalité du mal d'aimer et les tragiques alibis du cœur.
J.-N. S.

Giuseppe Antonio Borgese, essayiste, romancier, nouvelliste, né en Sicile en 1882, exilé en Amérique dans les années trente, mort en Toscane en 1952, a dominé pendant quarante ans les lettres italiennes. De Borgese, Etiemble a traduit le remarquable essai sur les racines de la civilisation italienne contemporaine, Goliath . Le roman Rubè , histoire d'un individu dans la montée des fascismes rouges et noirs, a été publié en France au début des années vingt. Selon Eugenio Montale, les nouvelles, traduites ici pour la première fois, « donnent la plus haute mesure » de cet écrivain si singulier et si jalousement « oublié ».

Du même auteur...