Document sans nom

 

202 pages - 17 €

Format : 14 x 20,5

ISBN : 2 904227 14 8

Parution : 1986
Giuseppe Antonio Borgese 
 
Goliath, la marche du fascisme
 
Postface de Leonardo Sciascia
Traduction et préface d’Étiemble



Goliath, la marche du fascisme : extraordinaire autoportrait du peuple italien depuis sa naissance chimérique avec Dante jusqu'à sa boursouflure fasciste avec Mussolini. Borgese, qui a payé de l'exil son refus du fascisme publie aux Etats-Unis en 1937 cet essai politique magistral : check-up ironique, démythifiant, impitoyable du peuple italien à travers ses écrivains, ses hommes politiques, ses événements historiques. Borgese dans une analyse lucide traque les racines du fascisme dans le tréfonds de l'âme et de l'histoire italiennes, observe les soubresauts de ce pays qui se cherche, les désastreuses conséquences de la paix de Wilson et l'émergence d'un leader anarchiste, Mussolini: « ce pantin génial et monstrueux, inventeur dans toutes ses perversions de ce fléau du XXe siècle: le fascisme. »
Goliath fait preuve du jugement le plus exact et de la plus intense passion ; livre prophétique et toujours actuel à une époque où se propage une « subversion qui cherche à substituer à l'idée de justice celle de pouvoir ».

Giuseppe Antonio Borgese, essayiste, romancier, nouvelliste, né en Sicile en 1882, exilé en Amérique dans les années trente, mort en Toscane en 1952, a dominé pendant quarante ans les lettres italiennes. Goliath, la marche du fascisme fut publié aux états-Unis en 1937 et paraît pour la première fois en France dans la remarquable traduction d'Etiemble.

Du même auteur...